Alphabet Gujarati (Source Wikipédia)

Publié le par KATOUN

Alphabet

L'alphabet gujarâtî (gujarâtî : ગુજરાતી લિપિ , gujarātī lipi) est utilisé pour écrire le gujarâtî, langue indienne parlée entre autres au Gujarat, un État de l'ouest de l'Inde.

Il s'agit en fait d'un alphasyllabaire très similaire à la devanāgarī utilisée pour écrire le hindi, mais sans la ligne supérieure caractéristique de cette écriture. Certaines lettres sont aussi différentes, telles que le a court (ou e muet), le l et le j. Le gujarâtî utilise aussi ses propres chiffres qui sont également différents du hindi.

Voyelles

Le gujarâtî comporte 14 voyelles. Lorsqu'il est nécessaire d'écrire juste une voyelle, sans qu'elle ne soit précédée d'une consonne, on utilise les caractères suivants :
G-Voyelles.jpg
Consonnes

Le gujarâtî comprend 34 consonnes. L'écriture d'une syllabe (consonne + voyelle) est réalisée à partir d'un signe de base indiquant la consonne auquel on rajoute un signe diacritique correspondant à la voyelle.

Par exemple, la syllabe [kǝ] (un « k » suivi d'un « e muet ») s'écrit à l'aide du signe . Pour écrire d'autres syllabes commençant par « k » (« ka », « ki », « ko », etc.), on ajoute à ce signe différentes diacritiques comme spécifié dans le tableau suivant :
G-Consonnes1.jpg
Ces signes diacritiques restent les mêmes pour toutes les autres consonnes :
G-Consonnes2.jpg
À titre d'exemple, « Gujarâtî » s'écrit donc ગુજરાતી.

Autres signes

L'alphabet utilise des signes spécifiques pour les chiffres.
G-Chiffre.jpg
Représentation informatique

L'alphabet gujarâtî est représenté par les caractères Unicode U+0A80 à U+0AFF. Les signes représentant les voyelles seules sont codées par U+0A85 à U+0A94; les consonnes seules de U+0A95 à U+0AB9; les signes diacritiques de U+0ABE à U+0ACC, une syllabe nécessitant donc deux caractères; les chiffres de U+0AE6 à U+0AEF.

Le code ISO 15924 de l'alphabet gujarâtî est Gujr.

Liens externes
.
Source
130894.jpg
 

Publié dans Gujarati

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article